You are currently viewing L’hellébore « Rose de Noël »

L’hellébore « Rose de Noël »

Originaire du centre et du sud de l’Europe, où l’on peut le croiser dans les bois et les zones montagneuses, notamment en France, l’hellébore noir ou helleborus niger possède une histoire riche et fascinante.


Si on le qualifie de « noir », c’est en raison de la couleur de ses racines, ses fleurs étant généralement d’une blancheur immaculée.


Appelé rose de Noël, rose de Carême, rose de neige, herbe aux fous, pied de griffon, patte d’ours, l’hellébore a été confronté à beaucoup de traditions mythologique. L’origine de ces noms est fondée soit sur un phénomène scientifique (Helleborus niger en allemand s’appelle « Nieswurz », la racine à éternuer) ou à une tradition séculaire (rose de Noël ou « Orakelblume », rose de l’oracle par exemple).


Plus connue sous le nom de « rose de noël » à notre époque, il faut savoir cette fleur était déjà connue dans l’Antiquité, période durant laquelle elle été utilisée comme remède. Hippocrate administrait l’hellébore comme laxatif et diurétique. De plus, l’hellébore avait la réputation de soigner les troubles mentaux (l’herbe aux fous).


Au Moyen-Âge, la rose de Noël était considérée comme un remède pour rester éternellement jeune. La poudre de rose de Noël broyée, répandue sur le sol, était même censée rendre invisible.


À l’heure actuelle, on utilise encore les racines d’Helleborus niger en médecine pour les troubles cardiaques et circulatoires. On se sert notamment de l’helléborine, présente dans les racines.


Une légende chrétienne donne sa version de la naissance de l’hellébore noir… Madelon, une jeune bergère vit passer une riche caravane. Il s’agissait des Rois Mages qui se rendaient auprès de l’enfant Jésus pour célébrer sa naissance. Face à cette profusion de cadeaux, la pauvre Madelon se sentit démunie, n’ayant rien à offrir. Un ange ayant pitié d’elle transforma ses larmes qui tombaient dans la neige en une ravissante fleur : la rose de Noël ! Il est depuis coutume de disposer quelques hellébores noirs dans les crèches.

Dans le langage des fleurs , l’hellébore noir traduit un amour inquiet, voire angoissé… « Otes-moi mon angoisse, ne me laisses pas dans l’anxiété ». Il faut y voir une déclaration déguisée avec une recherche d’approbation.

Laisser un commentaire